PORTRAIT

Historique


Champagne et Saint-Maurice, où se trouve l’église, étaient deux villages qui aujourd’hui n’en forment plus qu’un. L’origine de ces deux agglomérations est peut-être due à ce que le territoire dépendait, avant les guerres de Bourgogne, de deux seigneuries : celle de Grandson et celle de Montagny-le-Corboz, près d’Yverdon-les-Bains.

 

Le nom du village apparaît vers 885, époque à laquelle la “villa” de Champagne, avec sa chapelle et divers biens, fut cédée à l’évêque de Lausanne. Mais jusqu’à la fin du XIXème siècle, la paroisse fut désignée officiellement sous le nom de Saint-Maurice.

 

On y trouve des restes romains à La Râpe, un cimetière burgonde au Tombez, ainsi que quelques traces des guerres de Bourgogne. En 1792, le célèbre botaniste Pyrame de Candolle vint s’établir en ces lieux pour quatre années, avant d’aller habiter Paris. C’est lui qui planta le cèdre impressionnant dont la circonférence a passé de 4,6 mètres à 6,7 mètres entre 1910 et 1991.

Description


  • District : Jura-Nord-vaudois (VD)
  • Surface : 393 (ha)
  • Altitude : 450 (m)
  • Coordonnées CH : 538470, 187780
  • Habitants : 1048 (31.12.2018)
  • Sobriquet : Lè z’Aragne (les araignées) et Les Champagnoux (les champignons)
  • Impôt communal (%) : 65

Statistiques